11 avenue de la République – B. 236 – 68000 COLMAR

 

Colmar, le 3 novembre 2015

 

 

à Monsieur Philippe RICHERT Président du Conseil régional d’Alsace

à Monsieur Frédéric BIERRY Président du Conseil Départemental du Bas-Rhin

à Monsieur Eric STRAUMANN Président du Conseil Départemental du Haut-Rhin

 

Monsieur le Président,

 

Grâce à la langue régionale de nombreux Alsaciens et Mosellans accèdent à plusieurs dizaines de milliers d’emplois nécessitant la maîtrise de l’allemand (ou du dialecte) au niveau national et dans les pays germanophones. Grâce aux classes bilingues de plus en plus de jeunes Alsaciens s’inscrivent dans des cursus universitaires français/allemand bi- ou tri-nationaux.

 

Le 1er juin 2015 vous avez signé deux conventions avec l’Etat (Education Nationale) en continuité des quatre conventions successives depuis 1989, dans le cadre des dispositions législatives et réglementaires relatives aux langues régionales.

 

Les langues régionales d’Alsace et de Moselle comprennent en vertu de dispositions réglementaires, « l’allemand » (Hochdeutsch ou Hochsprache), forme standard et littéraire, langue d’enseignement, et les variantes dialectales (Elsasserditsch, Platt), formes orales.

 

La convention cadre sur la « politique des langues vivantes » dans l’académie de Strasbourg et la région Alsace vise la période 2015/2030. La convention opérationnelle (2015/2018) est sensée mettre en œuvre les objectifs fixés par la convention cadre.

Ces conventions ne garantissent pas les ambitions, bien modestes, affichées à l’horizon 2030 :

50% des élèves de maternelle en voie bilingue à parité horaire;

25% de ces élèves en cursus bilingue en sixième.

 

En effet, la convention opérationnelle ne dure plus 6 ans, mais trois.

La participation financière programmée jusqu’en 2018, pourra être supprimée par l’ACAL, élue jusqu’en 2021.

 

Ensuite, les deux conventions sont très évasives concernant le recrutement des professeurs appelés à enseigner en allemand et le nombre de postes ouverts au concours (voie bilingue) de professeurs des écoles est abandonné au rectorat.

Enfin, la convention renonce à la généralisation de l’offre bilingue en maternelle.

En outre, l’enseignement bilingue à parité horaire dans le second degré est abandonné, au mépris des dispositions ministérielles, avec un horaire réduit à 9 heures par semaine au lieu des 13 heures réglementaires.

Le Comité fédéral demande aux Présidents des trois collectivités cosignataires de modifier par avenant d’ici au 31 décembre, les conventions afin d’en faire un véritable outil de développement pour notre langue régionale :

  • Porter de 3 à 6 ans (2015/2021) la durée de la convention opérationnelle et des financements

 

  • Prévoir un recrutement minimal de 50 postes par an aux concours spéciaux interne et externe de professeur des écoles durant la période 2015/2021

 

  • Réintroduire la généralisation de l’offre bilingue en maternelle

 

  • Maintenir la possibilité de sections bilingues en maternelle

 

  • Introduire dans la convention opérationnelle 2015/2021 un calendrier pluriannuel de créations de sites

 

  • Modifier le texte afin de respecter la parité horaire et la réglementation nationale en collège

 

  • Prévoir la mise en place de sites paritaires bilingues en lycée conformément à la réglementation nationale

 

  • Intégrer la Moselle germanophone dans le dispositif par un avenant spécifique

 

Nous espérons que vous prendrez, sans nouvelle perte de temps, la situation en main afin de garantir dans les conventions avant le 31 décembre 2015 et quelle que soit l’issue électorale à venir, à l’Alsace et à la Moselle germanophone le développement réel de la voie bilingue jusqu’en 2021.

 

En vous remerciant pour une réponse rapide, nous vous prions d’agréer nos sincères salutations.

 

 

Monique MATTER           Bernard STOESSEL                   Patrick Kleinclaus

Présidente                         Président ELSAM/GREDL

 

Bernard WITTMANN       Henri SCHERB       Dr CHRISTIAN HUBER

François SCHAFFNER       Jean-Paul AHR