J’ai reçu ce matin par la Poste à l’adresse du blog un courrier signé « Der elsässische Heimatbund » et vous en livre le contenu ci-dessous.

Je n’ai pas la possibilité de me rendre au Mont Sainte-Odile pour vérifier que le panneau de la ville de Tulle y a bien été déposé.

En revanche, il est vrai que les panneaux de cette ville ont bien été démontés dans la nuit du 15 au 16 juin.

Si la chose était avérée, cela signifierait qu’un groupe alsacien a trouvé le lien avec d’autres groupes, bretons, savoisiens et basques, pour lutter à leur manière contre la réforme territoriale. Le ras-le-bol semble être monté d’un cran !

Je relève qu’à une époque où le terrorisme prend des formes de plus en plus effroyables, ont trouve encore des gens qui savent se révolter pacifiquement, sans tuer ni blesser personne et sans détruire de biens.

Ils se contentent de « faire disparaître la ville du président » Hollande, symboliquement s’entend, pour la faire réapparaître aux quatre coins de la France. Taquin ce nouveau Heimatbund ! Avec un p’tit côté Gérard Majax et une dose de Spaggiari (« ni haine, ni arme, ni violence ») qui ne me déplaît pas !

Et puis, la ville du président déposée aux pieds d’une sainte, voilà qui va faire plaisir aux laïcards !

En revanche, ces braves Heimatbündler feraient bien d’investir dans des lunettes : après avoir démonté les panneaux de la ville de Tulle, il écrivent dans leur lettre « Tulles » avec un « s » supplémentaire, on se demande pourquoi !

Si je devais recevoir de nouvelles informations, je complèterai le présent article, j’en parlerai également sur la page facebook que je vous invite à consulter régulièrement.

En attendant, voici le contenu intégral de la missive, bonne lecture !

Joseph Schmittbiel

 

En octobre nous avons hissé le Rot un wiss au Haut Koenigsbourg.

En décembre nous l’avons hissé sur le Parlement alsacien, Kaiserplatz, à Strasbourg.

 

Le président Hollande persiste à vouloir faire disparaître l’Alsace,

à refuser aux Savoisiens leur région Savoie,

à refuser aux Basques leur département basque,

à refuser aux Bretons la réunification de leur pays.

 

Ensemble, avec nos camarades occitans, savoisiens, abertzale basques

et Bonnets rouges bretons

nous avons fait disparaître la ville du Président :

TULLES

en retirant tous les panneaux d’entrée portant son nom.

 

Nous avons ramené un de ces panneaux en Alsace pour le poser

aux pieds de notre Heilige Odilia, patronne de toute l’Alsace.

Nous ne sommes pas religieux,

mais nous préférons cette figure qui unit toute l’Alsace à cette France qui nous détruit.

 

Au président de méditer cette action.

Pendant que lui tue notre Heimat sans lui laisser la moindre chance,

nous lui rendons son panneau sans le moindre dommage matériel.

 

Il le trouvera sous les deux dernières stations du chemin de croix du Hohenburg,

tout en bas, aux pieds de celle qu’il devra apprendre à respecter !!!

Les « Provinciaux » ne se soumettront jamais plus.

 

Der elsässische Heimatbund