Les sections internationales de Strasbourg sont réparties depuis une trentaine d’années, de la maternelle jusqu’à la terminale, sur divers établissements scolaires PUBLICS de la ville. Les critères d’admission sont strictement pédagogiques, c’est le niveau en langue de l’élève qui va lui permettre d’accéder au cursus. Les catégories socioprofessionnelles des parents ne sont PAS prises en compte.

La particularité de ces sections est qu’elles permettent un enseignement renforcé des langues : italien, espagnol, polonais, allemand, anglais… mais également du français pour les élèves de langue étrangère (FLE). Elles s’adressent donc à des familles binationales appelées à rester à Strasbourg ou non, et à des élèves qui pour l’une ou l’autre raison atteignent un bon niveau dans une des langues enseignées. Ainsi, il arrive que des élèves alsaciens véritablement dialectophones puissent rejoindre les sections allemandes.

Tout en étant intégrées à l’éducation nationale et hébergées par elle, ces sections sont partiellement financées par les pays concernés (Italie, Espagne etc.) puisqu’elles permettent entre autres à des enfants de pouvoir réintégrer aisément le système scolaire de leur pays d’origine même après une absence de plusieurs années.

En outre, la présence de ces élèves polyglottes côtoyant quotidiennement des élèves de secteur, notamment au collège et au lycée, fait, de l’aveu de tous, le plus grand bien à l’ensemble et aux résultats des établissements.

Bref, les sections internationales augmentent non seulement l’attractivité de Strasbourg mais également le niveau des élèves autochtones. Les demandes d’accès aux sections vont croissant. A Strasbourg, des élèves qui auraient le niveau se voient refuser l’accès par manque de places disponibles.

Devant cet afflux, les associations de parents d’élèves proposent depuis de nombreuses années d’augmenter le nombre d’établissements accueillant de telles sections. Elles se sont adressées aux élus de la ville et du département ainsi qu’au rectorat… qui bien entendu, font la sourde oreille.

 

Car nos édiles et nos maîtres sont d’une intelligence supérieure et savent bien mieux que nous ce qui est bon pour nous, or voilà ce qu’ils ont fait :

 

Sur la base d’un décret Sarkozy, ils ont créé une école européenne destinée uniquement aux enfants des fonctionnaires européens vivant à Strasbourg. Cette école n’a aucun lien avec l’éducation nationale et fonctionne en vase clos.

Dans un premier temps, ne disposant pas de bâtiments, elle a été hébergée, tout comme les sections internationales, dans divers établissements de la ville. Mais à la rentrée 2015, ses bâtiments flambant neufs, qui ne profiteront jamais aux enfants de Strasbourg, accueilleront les bambins touchés par la grâce européenne.

Il faut tout de même savoir que cette école nous a coûté la bagatelle de 40 millions d’euros, financés par la ville, le département du Bas-Rhin et la Région Alsace, pas le moindre centime n’est venu des institutions européennes ! On retrouve ici cette même servilité qui a fait que nous sommes la seule région de France à avoir payé pour obtenir un TGV…

 

Mais bon, passons sur ce caprice ! Les enfants de fonctionnaires européens doivent être élevés en cages dorées ? Pourquoi pas !

Le problème, c’est que leur départ des établissements publics de la ville créé des déséquilibres. En outre, la rage de construire qui s’empare depuis quelques années du moindre espace encore libre de bâtiments à Strasbourg, fait exploser les effectifs des collèges, il faut accueillir les enfants des nouveaux arrivants ! Il faut de la place !

 

Et c’est ici que nos maîtres se remémorent l’existence des sections internationales, ce machin encombrant qui occupe des places de secteur. Alors, hop ! J’te les dispatche ! Les gamins du collège de l’Esplanade ? Allez ! On t’en fout la moitié au collège Vauban ! Lesquels ? S’en fout ! Du moment qu’ils dégagent !

Oui, mais hé ! Diviser les effectifs va obligatoirement fragiliser le système : une moitié des élèves par-ci, une autre par-là, qu’est-ce qu’on fait des profs ? Y a pas les moyens pour en embaucher d’autres, alors on les coupe en deux ? Et le matériel pédagogique ? On arrache les pages des bouquins et on se les partage ?

Organiser une année scolaire sur un établissement, en préservant le nombre d’heures nécessaires pour chaque langue, n’est déjà pas simple, mais répartir le système sur deux établissements distants en maintenant le niveau d’enseignement, et sans augmenter le budget, c’est mission impossible ! Et ce sont les enfants qui vont payer les pots cassés !

 

Bref, les politiques et le rectorat se servent des sections internationales, un truc qui marche, qui a fait ses preuves, qui satisfait tout le monde, comme variable d’ajustement pour compenser leurs petits tripatouillages incompétents. On voudrait flinguer les sections qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

 

Le plus rageant dans cette affaire, c’est qu’une fois de plus nous constatons à quel point les élus de la république et ses hauts fonctionnaires travaillent dans un esprit totalement antidémocratique. Car bien entendu, ils ne consultent ni les élèves, ni les profs, ni les parents, ni même les associations de parents d’élèves avant de prendre des décisions qui vont avoir des conséquences directes sur la vie de leurs administrés.

 

Ils ont fait disparaître l’Alsace sans consulter les Alsaciens.

Ils sabotent l’école sans demander nos avis.

Si nous lâchons le morceau, ils vont nous mener droit vers la dictature.

 

Pour aider les sections internationales, vous pouvez en attendant signer la pétition ci-dessous.

 

Avec tous mes remerciements pour m’avoir lu jusqu’ici,

 

Joseph Schmittbiel

traducteur et père de deux élèves en section internationale

 

Voici l’adresse de la pétition à signer :

http://www.mesopinions.com/petition/enfants/contre-demantelement-sections-internationales-strasbourg-college/13738

Et voici la motion adoptée par les professeurs élus au CA du collège de l’Esplanade :

https://drive.google.com/file/d/0B2l8vfcRWPyUcW5zVm5GaG1pSlk/view

Pour de plus amples informations :

http://schumanapelevis.blogspot.fr/