Ce 17 octobre 2015, je suis invité par des amis bretons à participer à une conférence à Gwengamp (Guingamp), en présence, entre autres, de Christian Troadec et de la famille de Yann Fouéré. En attendant de vous en dire plus, je vous invite à lire quelques lignes de cet auteur toujours d’actualité :

 

Le remplacement de langues et cultures nationales (comprendre « régionales » ndlr) par une langue et une culture plus répandue peut résoudre certains problèmes politiques, mais cela ne peut être fait sans graves préjudices humains. Le droit naturel, l’humanité, la nature s’opposent à la formation de communautés artificielles et imposées qui ne peuvent qu’entraîner le déracinement de l’homme et sa mutilation spirituelle. Les peuples et les hommes distincts qui les composent doivent être conduits et guidés vers leur plus grand épanouissement par une protection et par une stimulation de leur vie culturelle et nationale. Ainsi seulement l’intégration d’un peuple dans une collectivité plus large peut-elle se faire sans diminution et sans une perte irréparable de valeurs humaines pour l’humanité. Le génocide spirituel et culturel est un attentat à la vie de l’homme autant que l’extermination matérielle. Le contact, au contraire, entre communautés culturelles diverses et culturellement respectées est une source profonde d’enrichissement.

Si dès lors l’unification européenne doit se faire, et nous savons qu’elle est urgente et nécessaire, l’ordre politique qui la concrétisera et la réalisera devra garantir l’existence et l’épanouissement de ces communautés dont la diversité fait la richesse de notre civilisation. L’unification sociale croissante des sociétés humaines doit être balancée par une différenciation croissante des cultures et des sociétés politiques, par la préservation de toutes les diversités humaines si l’on veut justement que la civilisation soit sauvée. De manière évidente, le super-Etat européen centralisé est incapable de remplir ces conditions : il est, par là même, incapable d’assurer la survivance et le développement de la culture et de la civilisation de l’Europe. Il en signifierait inévitablement la disparition.

Yann Fouéré

L’Europe aux cent drapeaux (1968)