Pour Philippe Richert, le peuple alsacien est illégal, ce peuple refuse en effet de se plier à une décision prise par une cinquantaine de députés socialistes sur un coin de table un soir d’été 2014, avec l’approbation des instances dirigeantes de l’UMP à Paris.

Philippe Richert a raison. Le peuple alsacien est illégal. Mais quand le peuple est illégal, alors ce qui est légal n’a plus rien à voir avec la justice, et c’est toute une société qui a un gros, un très gros problème. Merci à Gérard Simler pour sa réaction !

 

A propos des articles de Yolande BALDENWECK (de l’Alsace) et de Franck BUCHY (DNA) le jour de Pâques : Pour Olivier Becht, Vice-Président du conseil départemental du Haut-Rhin, la pétition « Alsace retrouve ta voix » est un « mensonge » et un « danger politique » !

 

Bravo à Olivier BECHT avec sa proposition constructive : rapprocher les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin pour mutualiser (enfin !), notamment dans les domaines du développement économique et touristique, et pour renforcer la défense du droit local, du Concordat, du régime de sécurité sociale, de la promotion du bilinguisme et de la coopération transfrontalière.

Mais pourquoi s’attaque-t-il en même temps à la pétition « Alsace, retrouve ta voix », signée par 105 000 alsaciens en la traitant de « mensonge juridique » ? Cette pétition n’est pas un « danger politique » mais plutôt une magnifique expression de démocratie locale et de proximité !

L’actuelle « majorité alsacienne » devrait peut-être s’inquiéter de sa dérive actuelle. Depuis que son leader Philippe RICHERT s’est mis en tête de présider la grande Région ALCA, au nom de la légalité et l’obéissance civique, il y a un malaise profond chez nombre de nos concitoyens alsaciens. L’Alsace a déjà souvent été abandonnée et annexée par le passé. L’Histoire se répète et, c’est à sa poser la question, si ceux qui se réclament héritiers du Général de Gaulle ne seraient pas prêts à effacer l’Alsace dans un Grand Est, avec une logique pétainiste qui fait peur !

L’UMP ne serait-elle pas aussi devenue une structure jacobine, qui trahit les Alsaciens quand elle essaie de leur faire avaler la pilule « A.AR.LO.CH » ? La politique, c’est maintenant … et pas en 2017 avec un hypothétique changement de majorité : si Philippe RICHERT devait présider la grande Région ALCA, il y a un vrai risque qu’il verrouille la structure et empêche tout retour en arrière !

Olivier BECHT a raison de prendre au sérieux les 9% de voix obtenues aux élections départementales par Unser Land … 2015 sera peut-être l’année du réveil alsacien !

Gérard SIMLER

Ancien Conseiller général du Bas-Rhin