Un petit mensonge de plus pour Radio France, un grand pas en avant pour le séparatisme alsacien !

Un petit mensonge de plus pour Radio France, un grand pas en avant pour le séparatisme alsacien !

 

Après des décennies de propagande parisienne, l’idée de séparer enfin l’Alsace de la France n’a pas bonne presse au sein du peuple alsacien. Heureusement, la technocratie française nous vient en aide avec une décision scélérate destinée à porter le coup fatal à la langue alsacienne sur les ondes. Par ce choix, elle démontre une fois de plus qu’elle se contrefout des intérêts de l’Alsace et que son but ultime est l’uniformisation, l’assimilation à outrance sur tout l’hexagone. A terme, cette politique va se retourner contre ses initiateurs et rendre les plus grands services à l’idée d’un peuple alsacien libéré de ses chaînes parisiennes !

 

Je ne vais pas revenir ici sur la façon dont Paris a sciemment démoli la diffusion du dialecte alsacien par la radio, les internautes trouveront les liens de mes articles précédents ci-dessous.

 

En exécutant l’ordre d’abandonner brutalement les ondes moyennes où elle était reléguée depuis 1992, la chaîne France Bleu Elsass s’est coupée elle-même, ce 1er janvier 2016, de ses derniers fidèles qui se recrutaient principalement parmi les personnes âgées. Aucune politique digne de ce nom n’ayant été menée afin d’attirer les nouvelles générations vers ce média alsacien, la chute d’audience a été vertigineuse.

 

Et depuis, c’est la dépression dans les studios de la rue Sepp Massol. Le Prozac y circule comme des Smarties à un goûter d’anniversaire et les animateurs, qui savent parfaitement qu’ils parlent dans le vide, sont a peu près aussi motivés qu’un commentateur soviétique fin octobre 1989 (évidemment, là, j’en rajoute façon métaphore poétique, mais c’est pour vous mettre dans l’ambiance).

 

Or les salariés de France Bleu Elsass n’ont pas encore atteint le fin fond des oubliettes de la république française, car incessamment va débouler la RNT, la radio numérique terrestre ! Sachez-le chères lectrices, chers lecteurs, la RNT c’est l’avenir de la radio : dans dix ans au plus tard, la FM sera de l’histoire ancienne.

 

Et qui c’est qu’a sélectionné les radios candidates à la RNT le 30 novembre dernier ? Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ! Et à votre avis, France Bleu Elsass fait-elle partie des heureuses élues ? Bien évidemment non ! Comme aurait dit ma grand-mère : »Vume Ochs kannsch nix anderschs erwarte ass e Stickel Fleisch …«* L’avenir radiophonique régional sera donc exclusivement francophone.

 

Je rappelle ici une des promesses de l’ancien directeur de France Bleu Elsass, Emmanuel Delattre, dans les DNA du 30 octobre 2015 :

On profitera de la mutation technologique « pour mettre en avant la scène alsacienne qui parle et chante en dialecte, les plus jeunes aussi. Un travail sera fait sur les réseaux sociaux, avec les classes bilingues, les professeurs d’alsacien ». « Il s’agit de faire de cette mutation une opportunité pour aller de l’avant […]. Il s’agit non pas de diminuer la présence mais de l’étendre »

La façon dont les Alsaciens se laissent balader par les promesses françaises est à peine croyable. Et la lettre adressée par la présidente d’Unser Land, Andrée Munchenbach, au PDG de Radio France Mathieu Gallet tient de l’exception héroïque.

rnt-lettre-a-m-gallet-pdg-de-radio-france-14-12-16

Mais il faut dire que les jacobins agissent avec une perfidie consommée, en usant de complicités, de traîtrises, de fausses concessions, d’esbroufe, de belles paroles et lorsque c’est nécessaire, de la dernière brutalité. Dieu merci, cette dernière extrémité ne semble pas encore à l’ordre du jour, les bouseux alsaciens sont bien trop dociles. Mais pour combien de temps ?

Le système France prend l’eau de toutes parts, il n’est plus capable d’assurer un avenir enviable, ni à ses vieux, ni à ses jeunes ; ni à ses mères, ni à ses écoliers ; ni à ses ouvriers, ni à ses paysans… Je pourrais poursuivre longuement cet inventaire… ça fait vraiment beaucoup, beaucoup de monde.

 

Notre devoir d’Alsaciens est de rechercher des alternatives à cet enfer centralisateur. Le seul espoir réside dans la séparation d’avec ce système mortifère. Pour cela nous devons continuer à documenter tout ce qui rend la présence française en Alsace illégitime, depuis les massacres du XVIIe siècle jusqu’au mépris affiché pour ce que nous sommes aujourd’hui en passant par l’épuration ethnique de 1919.

L’éradication du dialecte à la radio tient une bonne place dans cette galerie d’horreurs françaises.

Joseph Schmittbiel

 

 Le lecteur intéressé trouvera mes précédents articles au sujet de France Bleu Elsass ci-dessous :

celui du 23 octobre 2015 :

L’alsacien sur France Bleu ? A la poubelle !

celui du 6 novembre 2015 :

France Bleu contre-attaque !

et enfin celui du 20 novembre 2015 :

France Bleu Elsass Frei !!!

* De la part d’un bœuf tu ne peux guère t’attendre à obtenir autre chose qu’un bout de viande