Lettre ouverte à mes amis autonomistes : placer le curseur plus haut !

Lettre ouverte à mes amis autonomistes : placer le curseur plus haut !

Quelques rappels et un constat :  C’est à présent un fait acquis : Paris veut en finir définitivement avec l’Alsace et ses particularismes. La fusion-annexion imposée sans aucune consultation des populations aura révélé, une fois de plus, tant l’incroyable mépris dans lequel les Alsaciens sont tenus que le dessein assassin de Paris ! Les affronts qui nous ont été infligés ne se comptent plus : – Le 14 octobre 2014, le Premier ministre Valls affirme, plein d’arrogance, à l’Assemblée qu’ « il n’existe pas de peuple alsacien » ; – Le 12 novembre 2015, le Secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, André Vallini, répond aux représentants d’Unser Land, venus réclamer un référendum sur la fusion au nom des 117000 électeurs signataires de la pétition « Alsace retrouve ta voix » et en application des engagements internationaux de la France[1], que « le peuple (alsacien) manquait de maturité pour utiliser de façon pertinente cet outil de démocratie directe » (un référendum est pourtant prévu pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : les Bretons de la Loire Atlantique seraient-ils plus matures que les Alsaciens ?). – Et voilà que le 7 avril 2016 à Metz[2], le Président de la République lui-même se lâche. Face à deux représentants du Parlement alsacien des jeunes (Paj) qui évoquent les difficultés de l’Alsace par rapport à la grande région, François Hollande se gausse de la disparition de notre pays : « L’Alsace n’existe plus, c’est maintenant le Grand Est ! », leur lance-t-il (cf DNA 18.4.2016). Négationnisme d’Etat et arrogance du dominant conjugués ! Peut-on imaginer pire mépris pour l’Alsace, une région pourtant bien antérieure à la France ?     Là, ça fait vraiment beaucoup, beaucoup trop ! De nombreux Alsaciens...

»Liewes Elsass« un hymne à notre pays !

En ce 29 mai 2016, j’aimerais remercier tous les bénévoles d’ Unser Land qui se défoncent à longueur d’année pour que le parti alsacien existe ! En particulier tous ceux qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour nous offrir ce super Heimetfescht hier soir à Ungersche !  Parmi les hôtes de marque, on a pu apprécier la présence historique de Pierre Rieffel. En fin de soirée, un magnifique concert de Em Remes sini Band a remué de vieux souvenirs. Raymond Koeffer et Raymond Schlegel, les deux piliers d’Em Remes sini Band ! A cette occasion, je vous ai retranscrit le texte de »Liewes Elsass« que tout militant alsacien devrait connaître par cœur et qui, avec l’arrivée du GCO redevient sacrément d’actualité ! Vous trouverez donc ci-dessous les paroles originales que vous pourrez chanter en accompagnant la vidéo sur You tube (à écouter uniquement en tournant le volume à fond). Ceux qui ne comprennent pas l’alsacien pourront le chanter phonétiquement, à leur attention, j’ai ajouté en dessous une petite traduction libre en français.   A tout seigneur tout honneur, je rappelle que la chanson originale »Let Your Love Flow« avait été créée en 1975 par les Bellamy Brothers. De son côté, Jürgen Drews avait remporté un beau succès en 1976 dans la Hit Parade avec sa version allemande »Ein Bett im Kornfeld«.   Mais reconnaissons que la version de nos Remes, qui depuis plus de trente-cinq ans portent haut nos couleurs, est autrement plus musclée !  Le premier album, en 1979 !!! Evidemment, le texte n’entre pas dans la catégorie poétique d’un Weckmann ou d’un Nathan Katz. Mais par sa vigueur et son authenticité,...
De l’autonomisme alsacien

De l’autonomisme alsacien

 Bref rappel de Bernard Wittmann au sujet de ce qui différencie Alsace d’abord du mouvement autonomiste alsacien :   – NOUS autonomistes, nous pensons que l’alsacianité est non un « inné » mais un « acquis ». On devient Alsacien en baignant dans la culture, la société et plus généralement le cadre alsacien, on ne l’est pas à la naissance : à la naissance, nous sommes tous pareils… des bébés-hommes ! C’est par l’éducation et l’expérience que nous devenons Alsaciens… ou pas ! Et puisque le problème tourne autour des immigrés, disons que c’est à nous, Alsaciens de souche, de faire des immigrés de futurs Alsaciens puisque l’alsacianité est un transmis. Bien évidemment, il faut que nous ayons les moyens d’opérer une telle politique d’intégration et de transmission de nos valeurs, c’est sur ça que doit porter notre revendication. Ce n’est pas en mettant les immigrés sur la touche, en les stigmatisant que nous réussirons leur intégration, au contraire, nous finirions par les retourner contre nous… à la grande satisfaction de Paris sans doute (diviser pour régner). – EUX pensent que l’alsacianité est un « inné », un héritage quasi génétique apporté à la naissance, qui appartient à la nature de l’être alsacien. Cette vision est évidemment désespérante. En effet, elle ne permet aucun espoir d’intégration de la population immigrée vivant chez nous puisque, pensent-ils, par leur nature même, par leur naissance, ils seraient « génétiquement » différents de nous et donc in-intégrables. Cette vision porte en elle les germes d’un affrontement sans fin.   Autre différence : le concept de peuple :   – EUX ont une vision « ethniciste »  du peuple, une vision étriquée qui conduit...
Angela Merkel est responsable du naufrage européen

Angela Merkel est responsable du naufrage européen

par Bernard Wittmann   En décidant unilatéralement d’ouvrir toutes grandes les portes de l’Allemagne aux flots de migrants se pressant aux frontières européennes, Angela Merkel a envoyé un message catastrophique en direction du Moyen-Orient et du Maghreb. Immédiatement, de nouvelles masses humaines, chassées par la guerre, la misère des camps de réfugiés ou le chaos froidement organisé par les Occidentaux dans cette région stratégique, se sont alors mises en marche vers le prétendu eldorado allemand. La Grèce et l’Europe centrale eurent alors à faire face, seuls et démunis, à la déferlante migratoire. Et bientôt, l’Europe tout entière se mit à tanguer jusqu’à menacer tout l’édifice européen d’écroulement. La chancelière porte ainsi l’entière responsabilité de la désintégration de l’espace Schengen à laquelle nous assistons aujourd’hui et probablement de l’Europe : « Danke Mutti Merkel ! ».   Mais il y a plus grave, en prenant seule cette ahurissante décision, sans consulter préalablement ses partenaires européens, elle a fait montre d’une arrogance absolue et d’un intolérable mépris pour ses alliés. En effet, la chancelière ne pouvait ignorer que l’ensemble des pays de l’UE serait impacté par sa décision : les millions d’hommes et de femmes qui allaient se ruer vers l’Allemagne allaient poser, tôt ou tard, d’inévitables problèmes à toute l’Europe qui est un espace de libre circulation. Une telle décision nécessitait donc un consensus préalable des peuples européens en vue de l’élaboration d’une politique globale de maîtrise du flux migratoire, des frontières, mais aussi d’accueil des millions de migrants qui frappent à nos portes.   La chancelière a mis l’Europe en plein désordre Les conséquences des frasques d’Angela Merkel se sont avérées catastrophiques pour l’Europe...
Ecole à la française…

Ecole à la française…

Illustration : façade d’une ancienne école (SCHULHAUS) en Alsace A quoi sert l’école ? Quel doit être son but ?   Que penser d’un système scolaire qui dit : « Alsaciens, Mosellans, votre langue n’est pas bonne ! Vous allez la jeter aux orties pour en apprendre une autre, la nôtre !» ?   Et c’est cette même école qui, un siècle plus tard, son crime commis, l’affaire consommée, veut nous apprendre…   la tolérance...
Votons cohérent !

Votons cohérent !

par Joseph Schmittbiel Je ne peux qu’espérer que la majorité des Alsaciens ait bien compris que Philippe Richert ne défendra pas leurs intérêts, qu’il n’est redevable de rien à ses électeurs, qu’il doit sa carrière et sa place actuelle à son parti, et que ce n’est pas avec lui qu’on verra renaître l’Alsace de ses cendres.   Mais dans la perspective des élections de ce dimanche 6 décembre 2015, j’avoue que je ressens également un certain agacement lorsque je vois des gens brandir le Rot un wiss, affirmer se sentir alsaciens et faire en même temps l’éloge de Madame Le Pen et du FN.   Soyons clairs : qu’un tel ou une telle ait envie de voter FN, grand bien lui fasse ! Ce n’est pas moi qui vais le lui reprocher ! En revanche, on est en droit d’exiger un minimum de réflexion avant de passer à l’acte de voter, non ?   L’Alsace va bientôt disparaître. N’ayant plus d’existence administrative, elle va, en quelques générations, sombrer définitivement dans le folklore et n’être plus qu’un souvenir pour des habitants qui grandiront dans ce nouvel espace qui leur servira de repère : l’ALCA.   Ce processus est la conséquence parfaitement logique du centralisme parisien. La logique jacobine de l’assimilation exige de chacun de nous qu’il ou elle renonce à ce qu’il est pour devenir français. On ne peut pas être français et vouloir élire son parlement local, on ne peut pas être français et vouloir que ses enfants apprennent la langue de leurs ancêtres alsaciens, bretons, mosellans, basques ou occitans à l’école. Le parti qui défend le plus ce nationalisme intransigeant est sans...
France Bleu Elsass Frei !!!

France Bleu Elsass Frei !!!

par Joseph Schmittbiel Comme je l’ai expliqué dans deux précédents articles (lire ici et ici), la direction de France Bleu a une façon bien singulière de défendre le service public. Le seul émetteur véhiculant encore la langue alsacienne va être supprimé au 1er janvier 2016. Les personnes âgées qui, pour diverses raisons, ne pourront pas passer au numérique, vont donc être privées de radio uff Elsässisch.   C’est déjà rageant, mais le véritable scandale date de 1992. Cette année-là, Radio France évacue le dialecte de la bande FM en lui consacrant une chaîne dédiée… sur les ondes moyennes. Non seulement cela revenait à le couper des jeunes générations et donc à le condamner à mort, mais en plus, ce choix était infiniment plus cher qu’un émetteur FM. Une fois de plus, les Alsaciens payaient pour se faire arracher leur langue.   Voici ce que m’écrit un correspondant bien au fait de ce sujet pour avoir travaillé dans ce domaine :   Ce qui est lamentable dans cette histoire, c’est que France Bleu Elsass ait été diffusé sur cet émetteur désuet des Ondes Moyennes durant toutes ces années simplement parce que Radio France ne savait pas quoi faire de cet émetteur payé à prix d’or (ici c’est moi qui souligne JS) à TDF en raison des contrats existants à l’époque où les ondes moyennes servaient de support à la défense nationale en cas de conflit.   Depuis, les moyens modernes de communication leur ont fait perdre cette utilité et donc Radio France a enfin été autorisé à ne plus les utiliser.   De toute évidence, un émetteur FM aurait coûté...