Carl Roos, 7. Februar 1940 – 7. Februar 2020, 80 Jahre Lügen

Carl Roos, 7. Februar 1940 – 7. Februar 2020, 80 Jahre Lügen

Pressemitteilung Champigneulles / lieu dit La Petite Malpierre (nahe Nancy, Frankreich) Freitag, den 7. Februar 2020 Salü bisamme! Vor genau 80 Jahren, am 7. Februar 1940, wurde unser Landsmann Carl Roos hier von einem französischen Exekutionskommando erschossen. Die Gruppe Freies Elsass ist gekommen, um dem von der französischen Justiz ermordeten Kameraden, am Ort seiner Hinrichtung, zu gedenken. Darüber wird sich wohl so mancher empören und Krach machen, da eine hartnäckige Legende bis heute besagt, dass Carl Roos nicht nur ein Spion im Dienste Deutschlands, sondern auch ein elsässischer Nationalsozialist war. Deshalb ist es uns wichtig, es hier klar und deutlich allen elsässischen und deutschlothringischen Landsleuten zu sagen, und dem Pariser Regime ins Gesicht: Carl Roos ist unschuldig! Zum Tode verurteilt wurde er nach einem viertägigen Prozess unter Ausschluss der Öffentlichkeit. Ein Prozess in dem, im Gegensatz zu den in Demokratien üblichen Regeln, nicht das Gericht die Schuld des Angeklagten beweisen musste, sondern der Angeklagte seine Unschuld. Das Gericht ließ ihm also keine Chance, die seltenen Entlastungszeugen, die sich wagten auszusagen, mussten damit rechnen, nach ihrer Aussage festgenommen zu werden. Außerdem sind die Akten des Verfahrens heute seltsamerweise « verschwunden », für französische Archive existieren sie nicht mehr. Der Fall Carl Roos wurde also schlicht und ergreifend aus der Welt geschaffen! Folgende Tatsachen müssen hier vorgebracht werden: Carl Roos war ein Politiker und ein elsässischer Autonomist. Wie alle unseren Landsleuten seiner Generation trug er im Ersten Weltkrieg die deutsche Uniform. Zurück ins Zivilleben, in seiner elsässischen Heimat, hat er die vollendete Tatsache des Nationalitätenwechsels akzeptiert. Aber aus Liebe zu seiner Kultur und Sprache, zu « unserm Elsässerditsch », wie er sie selbst nannte, hat...

Histoire de l’Alsace et indépendantisme alsacien

Une vidéo réalisée courant 2019 dans le cadre du projet « En quête d’Alsace » de Christian Hahn et Michel Deutsch. Voici le commentaire de Bernard Wittmann au sujet de cette interview : Il faut écouter tout ce que dit Joseph Schmittbiel dans cette vidéo. Il colle parfaitement à la vérité historique et, à bien des égards, fait voler en éclat la chape de plomb destinée à maintenir les Alsaciens dans l’ignorance de leur histoire propre.  À maintes reprises, il casse les insupportables clichés faits pour occulter ou travestir. Mais aussi, il propose une autre voie pour l’Alsace, une voie pour sortir de la sujétion, une voie libératrice et démocratique : celle de l’émancipation pour enfin donner aux Alsaciens le droit élémentaire de disposer d’eux-mêmes. Ce faisant, il témoigne d’un courage rare dans ce pays où la population, infantilisée et tenue dans l’ignorance de son passé, vit toujours dans un rapport dominé-dominant. B. Wittmann 30 décembre...
Alsace Des questions qui dérangent – Les médias en parlent !!!

Alsace Des questions qui dérangent – Les médias en parlent !!!

Ce jeudi 19 avril 2018, j’étais invité sur Alsace 20 pour parler du livre, vous pouvez voir l’interview en cliquant ici !   Les échos dans la presse (cliquez sur les articles ou sur les titres) :   Dernières Nouvelles d’Alsace : L’auteur n’y va pas avec le dos de la cuillère, appuyé sur une solide documentation et une iconographie variée. Il bouscule ainsi bien des idées reçues (…). Jacques Fortier /  10 avril 2018 DNA édition de Wissembourg du 26 avril 2018 : Land un Sproch : Ces questions et surtout les réponses que donne l’auteur remettent en question, sans ménagement, beaucoup de «vérités» admises, l’argumentation est étayée par de nombreux témoignages, documents, et abondamment illustrée. Robert Greib /  N° 206 / juin 2018 Der Westen : Es wird sehr wahrscheinlich noch lange über dieses Büchlein diskutiert und argumentiert werden. Die Fakten, die darin dokumentiert sind, hat der Verfasser sorgfältig ausgewählt und aufgezeichnet. JPZ /  Heft 1/2 2018 65. Jahrgang   Breizh-Info : 160 pages de questionnement, de recherche, d’argumentation, de commentaires et de documents iconographiques. Bonne densité pour un livre qui à l’avantage de mettre certains points sur les i et montre que la « Vérité » est souvent plurielle mais jamais monolithique… Eric Abgraal /  18 mars 2018   Mittelbadische Presse : Was der Schriftsteller und Übersetzer aus Straßburg derzeit von sich gibt, hätte ihm zur falschen Zeit eine Nachbarzelle neben Abbé Faria auf Château d’If oder eine Pritsche neben Papillon auf der Teufelsinsel eingebracht. Hans Roschach /  11. April 2018   l’ami hebdo : Joseph Schmittbiel ne laisse rien sous le tapis. L’histoire et la politique sont très présentes et l’auteur tord le cou avec...

Alsace Des questions qui dérangent – les rendez-vous avec l’auteur !!!

  Alsace, des questions qui dérangent !   36 questions, 36 textes courts et impertinents pour faire le tour de l’Alsace !   (Extrait de l’avant-propos) Le but de ce petit recueil est de soulever quelques questions que ne posent, sous cette forme en tout cas, ni les grands médias alsaciens, ni surtout le monde politique alsacien, ou ce qu’il en reste, puisqu’il a fondu dans le Grand Est. Puisse cette promenade à travers la thématique alsacienne donner aux lecteurs qui se sentent alsaciens l’envie d’en apprendre plus sur le sujet, car le savoir est la première marche vers l’émancipation.   Histoire, géographie, identité, langue, symboles, société, politique… 160 pages richement illustrées, 12,50 euros Début avril 2018 dans toutes les bonnes librairies ! ***  Commander le livre en ligne : c’est par ici (cliquer) !!! *** Le Sommaire (Cliquer sur l’image pour l’agrandir) :     Rencontrer l’auteur à : Saint-Louis les 14 et 15 avril au Forum du livre de Saint-Louis sur le stand de Heimetsproch un Tradition   Marlenheim  les 21 et 22 avril au Salon du Livre de Marlenheim alsatique et jeunesse sur le stand de Heimetsproch un Tradition   Wissembourg le vendredi 27 avril, rencontre à 19h30 à la Librairie A Livre Ouvert 4, rue du Marché aux Poissons    Strasbourg le samedi 5 mai de 15h à 18h à la Librairie Ehrengarth 14, route du Polygone     Colmar le vendredi 18 mai à partir de 18h à la Librairie Hartmann 24, Grand rue   Haguenau le samedi 19 mai de 14h30 à 17h30 à la Maison de la Presse 27, Grand Rue   Mulhouse le mercredi 12 septembre à 19h à la Librairie 47° Nord 8, rue du Moulin *** La...
Un petit mensonge de plus pour Radio France, un grand pas en avant pour le séparatisme alsacien !

Un petit mensonge de plus pour Radio France, un grand pas en avant pour le séparatisme alsacien !

  Après des décennies de propagande parisienne, l’idée de séparer enfin l’Alsace de la France n’a pas bonne presse au sein du peuple alsacien. Heureusement, la technocratie française nous vient en aide avec une décision scélérate destinée à porter le coup fatal à la langue alsacienne sur les ondes. Par ce choix, elle démontre une fois de plus qu’elle se contrefout des intérêts de l’Alsace et que son but ultime est l’uniformisation, l’assimilation à outrance sur tout l’hexagone. A terme, cette politique va se retourner contre ses initiateurs et rendre les plus grands services à l’idée d’un peuple alsacien libéré de ses chaînes parisiennes !   Je ne vais pas revenir ici sur la façon dont Paris a sciemment démoli la diffusion du dialecte alsacien par la radio, les internautes trouveront les liens de mes articles précédents ci-dessous.   En exécutant l’ordre d’abandonner brutalement les ondes moyennes où elle était reléguée depuis 1992, la chaîne France Bleu Elsass s’est coupée elle-même, ce 1er janvier 2016, de ses derniers fidèles qui se recrutaient principalement parmi les personnes âgées. Aucune politique digne de ce nom n’ayant été menée afin d’attirer les nouvelles générations vers ce média alsacien, la chute d’audience a été vertigineuse.   Et depuis, c’est la dépression dans les studios de la rue Sepp Massol. Le Prozac y circule comme des Smarties à un goûter d’anniversaire et les animateurs, qui savent parfaitement qu’ils parlent dans le vide, sont a peu près aussi motivés qu’un commentateur soviétique fin octobre 1989 (évidemment, là, j’en rajoute façon métaphore poétique, mais c’est pour vous mettre dans l’ambiance).   Or les salariés de France Bleu...
Lectures alsaciennes !

Lectures alsaciennes !

A l’approche de Noël, il est de tradition de rédiger sa liste de cadeaux à l’attention de Christkindel et je ne peux que profiter de l’occasion pour inciter les internautes à lire, à se cultiver afin d’en savoir plus, toujours plus sur l’Alsace et son histoire, le but étant de renforcer leur savoir, d’approfondir leur réflexion et d’aiguiser leurs arguments. A ceux qui s’étonneraient que les trois livres proposés ici sont tous du même éditeur, je rappelle que nous sommes toujours à la recherche d’un éditeur alsacien qui aurait les reins assez solides et le cran de publier ce type d’ouvrages… (pour agrandir les illustrations il suffit de cliquer dessus)   1) On commence par le livre le plus récent de Bernard Wittmann : Une épuration ethnique à la française / Alsace-Moselle 1918-1922 Ce livre à lui seul est un évènement historique, j’y reviendrai sur ce blog, car c’est le premier ouvrage entièrement consacré à l’épuration ethnique qui a immédiatement suivi la seconde annexion de l’Alsace par la France en 1918. J’ai déjà évoqué le roman de Marie Hart qui évoque cette période, c’est lui qui a donné l’impulsion à Wittmann pour se lancer dans cette étude historique. Une lecture indispensable pour tous les amoureux de l’Alsace. Ci-dessous pour les lecteurs germanophones un article de la Basler Zeitung daté du 25 novembre 2016 sur Wittmann et son bouquin. Editions Yoran 215 pages 13 euros     2) Joseph Rossé 1892-1951 Alsacien interdit de mémoire par Michel Krempper Là encore, un ouvrage sur lequel je reviendrai, car il est très important pour le mouvement alsacien. C’est en effet la biographie la plus...
El Conquistador de retour à Strasbourg !

El Conquistador de retour à Strasbourg !

« Valls à Strasbourg : Je réaffirme, une nouvelle fois, mon amour de l’Alsace »  (photo : DNA)   Emmanuel Valls aime donc l’Alsace mais pas son peuple, le beau jardin mais pas les hommes qui le cultivent depuis des centaines d’années.   Rien de neuf venant de France en fait.   La définition de l’amour à la parisienne serait donc uniquement une sodomie forcée créant une dilatation et une explosion de notre Heimat ? Soit, mais drôle de façon de percevoir les femmes et les hommes qui vivent ici et qui n’attendaient qu’une seule chose, de la démocratie. Enfin, redde m’r nimm devun.   Et comme d’habitude, au premier rang, face au Eros Ramazzotti de la politique française, toutes les bouches aphteuses et grandes ouvertes de «nos» politiciens alsaciens prêts à recevoir une giclée de sperme du nouveau Cupidon catalan.   Quel spectacle magnifique !   Mais non, monsieur Valls, l’amour c’est autre chose, ce n’est sûrement pas du mépris masqué en une fourbe déclaration de bas étage ne rassurant que les dindes et les moutons.   Après tant d’années de destruction culturelle, linguistique et économique venant de vos différents gouvernements ne nous parlez plus d’amour, cela en devient pathétique. Gardez votre amour pour la finance, les lobbys et laissez-nous tranquilles. Mieux vaut être seul que mal accompagné.   Rien ne bouge sur notre carré de bitume.  ...
La grande classe des DNA

La grande classe des DNA

Article des DNA du 26 mai 2016. (Secteur Obernai – Molsheim) Même pas signé …. La grande classe ! « Notre identité (sur)affichée et nos noms de communes imprononçables » Encore une chronique (sur) naturelle des Dernières Nouvelles d’Alsace. Quand l’irréductible village est celui d’Astérix c’est la gaule et quand c’est un village alsacien c’est donc la gerbe ! Mais ce n’est, Messieurs des DNA, qu’une réponse à notre Jules César à nous, l’imperator corrompu de la nouvelle Gaule, qui dit que l’Alsace n’existe plus. Le nom de votre  journal est décidément un lapsus révélateur, effectivement vous donnez quotidiennement de façon jubilatoire les Dernières Nouvelles d’une Alsace qui se meurt. Quand à Nos noms de villages imprononçables, le sont-ils pour les touristes Suisses, Allemands, Luxembourgeois ou Autrichiens, ou seulement pour le monolingue français ? Pour vous faire plaisir, faut-il aussi changer les noms de nos communes ? Messieurs de l’ADN galliforme, l’uniformisation républicaine que vous défendez va à l’encontre de la différence culturelle défendue par Unser Land, c’est un fait. La différence est donc un danger pour vous ! Nous savons où finissent les différents….. Dans des camps. Rien ne bouge sur notre carré de bitume....