Das Elsass retten (8/12)

Das Elsass retten (8/12)

Ich half Tschiawolo beim Anspannen. Der Chef saß schon auf dem Bock, kaute verträumt an einem Grashalm und fragte: »Ich fröj mich, was unser gemeinsamer Traum am Fluejhafe ze beditte het …« Tschiawolo sah uns beide an. Ich erzählte ihm unser Abenteuer: die gleichzeitige Ohnmacht im Taxi, der parallel verlaufende Traum. Während ich sprach, ließ er mich nicht aus den Augen. Anschließend spannte er den Wagen an, als hätte er plötzlich einen dringenden Termin. Dann setzte er sich neben den Chef und schnappte die Zügel. Ich leerte den Wassereimer auf das Lagerfeuer. Die Glut zischte, Tschiawolo schnalzte mit der Zunge und ab ging die Post! Ich rannte hinterher und sprang auf das Trittbrett. Der Wagen rüttelte. Was nicht niet- und nagelfest war, fiel zu Boden. Ich öffnete die vordere Tür und sah Rosa zum ersten Mal traben. Tschiawolo trieb sie mit langgezogenen »Hüüüs!« an. Ich ließ mich, so gut es ging, auf dem Bock nieder. Wir fuhren auf eine kerzengerade Waldstraße, kein Dorf, keine Menschenseele war in Sicht. »Hüüü! Hüüü!«, er setzte Rosa in Galopp. Der Chef stieß mich mit dem Ellbogen an und deutete auf seine Armbanduhr: Der Minutenzeiger drehte so schnell, dass man ihn nicht wahrnehmen konnte, und der Stundenzeiger lief rückwärts! Die Datumsanzeige ging immer schneller zurück. »Was het des ze be …?«, wollte ich soeben fragen, als ein Ruck mich beinahe aus dem Wagen geschleudert hätte. Der Chef packte mich rechtzeitig am Unterarm und zog mich zurück. Die Straße war jetzt frisch geteert, verlief weiterhin geradeaus und schien nirgendwohin zu führen. Rosas Hufe klapperten in einem rasenden Tempo. Der Wald links und rechts wurde immer... Weiterlesen...
Das Elsass retten (7/12)

Das Elsass retten (7/12)

Im Zeitlupentempo erschien ein Rollator im Türrahmen. Wir sahen die Hände, die sich auf ihn stützten, die Unterarme, die Oberarme. Quälend langsam bewegte sich der Greis, stark gebeugt mit nach vorn ausgestreckten Armen, als würde eine Last ihm das Aufrechtgehen verbieten. Sein Gesicht blieb uns verborgen. Nur eine gebeulte Glatze kam uns entgegen, von schütterem, weißem Haar umrandet, und in die peinliche Stille, die nun eingetreten war, gesellte sich sein schweres Atmen, leise ächzend, zum eintönigen Quietschen der schwarzen Gummiräder. »César Chéri!«, platzte Liesel in die Grabesruhe hinein, »darf ich dir unsere Gäste vorstellen?« Der alte Mann erhob sich leicht und zeigte uns seine Züge. Auf den ersten Blick fiel mir das Bild eines abgestandenen Kohlkopfs ein, wahrscheinlich der Ohren wegen, die sich sehnsüchtig nach den Schultern zu beugen schienen. Die rechte Augenhöhle war mit einem hautfarbenem Pflaster abgedichtet, das linke Auge blickte zur Geliebten wie der Hund zum Herrchen, und die von der Rosazea schwer beschädigte Kartoffelnase leuchtete weinrot vor sich hin. Anzug, Schlips und Einstecktuch mochten noch so perfekt sitzen, der Kavalier sah eher wie Liesels Großvater als wie ihr Bräutigam aus. Der Chef hustete, ich drehte mich mühsam nach ihm um und erschrak. Sein Gesicht war dunkelrot, die Augen quollen ihm aus den Höhlen. Er hielt beide Hände an den Hals und pendelte mit dem Oberkörper hin und her wie ein See-Elefant beim Liebestanz. Er wollte etwas sagen, aber die Worte kamen nicht heraus. Da ich, genauso wie er, nicht in der Lage war, aufzustehen, feuerte ich ihn zum Reden an. Ob es half, weiß ich nicht, doch nach einigem Zurufen platzte es aus ihm heraus... Weiterlesen...
Das Elsass retten (6/12)

Das Elsass retten (6/12)

Wir waren seit drei Tagen unterwegs. Mal saßen wir nebeneinander auf dem Bock, mal liefen der Chef und ich dem Wagen voraus. Nachmittags vertraute Tschiawolo uns die Zügel an, streckte sich auf seiner Koje und ließ sich während der Fahrt in den Schlaf einrütteln. Unsere neue Behausung war bis auf die Räder ganz aus Holz gebaut. Im Handumdrehen hatte Tschiawolo aus ein paar Brettern zwei Pritschen über sein eigenes Bett gezimmert. Sein Bücherregal hatte er dabei über die Eckbank versetzen müssen. Ich nutzte die Gelegenheit, um in den Bänden zu schmökern. Er besaß Luthers Bibel, den Koran, die 1882er-Ausgabe des »Vür ein vrîes Elsâzenlant« von Philander von Langbein und fünf weitere Bücher über Radiästhesie, Sternkunde und Heilkräuter. In unserem neuen Leben gab es keinen Computer, kein Telefon, keinen Kühlschrank und keinen Strom. Ein geräucherter Schinken und etwas Dörrobst waren unsere einzige Reserve. Wir lebten von der Hand in den Mund und von dem, was Menschen und Natur uns schenkten. An unserem Erfolg hatte Rosa, Tschiawolos Stute, keinen geringen Anteil. Sie war ein prächtiges Tier, ein Schwarzwälder Kaltblut, wie ich später erfuhr. Tschiawolo bürstete und striegelte sie täglich, kämmte Mähne und Schweif, wichste Zaumzeug und Geschirr und hielt sie peinlichst sauber, damit Rosa sich ja nicht daran verletze. Sie war auch das einzige Lebewesen, mit dem er sprach. Doch außer den Fuhrkommandos »Hü, jü, hott und brrr« für »vorwärts, links, rechts und halt« verstanden wir keine Silbe des liebevollen Gemurmels, mit dem er sie anredete. In jedem Dorf kamen uns Leute entgegen. Hier war es der Bäcker, der früh morgens vor der Tür seiner Backstube eine Zigarette rauchte und uns... Weiterlesen...

L’alsacien c’est de l’allemand ? (une tentative de mise au point) 4/6

Si vous les avez manqués, voici les liens vers les trois épisodes précédents : Première partie Deuxième partie Troisième partie Et voici la liste des expressions idiomatiques tirées de la pièce « Enfin redde m’r nimm devun » que j’évoque dans cette vidéo. Même sans être germanophone, vous constaterez la proximité des versions alsacienne, présentées en première ligne, et allemande, en seconde ligne. Les expressions en caractères gras sont exprimées dans la vidéo. Les versions allemandes sont toutes tirées du DUDEN Redewendungen : La première expression de cette liste s’écarte légèrement de l’allemand, c’est pourquoi j’ajoute la version du dictionnaire Martin und Lienhart de 1907 :   gemuddelt wie ‘s Käthel im Herbscht (G. Muller) / geputzt (odder üssehn) wie ‘s Käthel im Herbscht (Martin und Lienhart) geputzt herausgeputzt geschmückt wie ein Pfingstochse   d’r Oskar het de Veitsdanz einen Veitstanz aufführen   ‘s isch heechschti Zitt es ist höchste Zeit   so schnell schiesse d’Preisse net so schnell schießen die Preußen nicht   wie er im Buech steht wie er im Buche steht   ungeläjti Eier ungelegte Eier   iemes iwwer de Hüffe schiesse jemanden über den Haufen schießen   ‘s Gras wachse heere das Gras wachsen hören   un wenn’s Katzewäddel räjt (plante prêle) es regnet Katzen und Hunde / es regnet junge Hunde   iemes bringe kenn zehn Ross (zeruck ins Elsass) jemanden bringen keine zehn Pferde (dazu, etwas zu tun)   ihr denke net widdersch ass Ejch d’Nas geht nicht weiter als seine Nase sehen   d’Schissgass nabgehn in die Scheissgasse kommen   d’r Aff lüst eim (mit siewe Doobe) mich laust der Affe   geje de... Weiterlesen...
Das Elsass retten (5/12)

Das Elsass retten (5/12)

Wir saßen um ein Feuer, trugen trockene Kleider und waren satt. Hugo, der die Gruppe anführte und sich unserer angenommen hatte, zupfte leise die Gitarre mit einem zehn Jahre alten Mädchen. Bierflaschen machten die Runde. Eine alte Frau las dem Chef aus der Hand. Was sie ihm sagte konnte ich nicht hören, aber ich wusste was er empfand. Denn sie hatten uns nicht nur wie verlorene Brüder empfangen, nein, sie sprachen Elsässisch. Greise, Erwachsene, Kinder: Alle benutzten ausschließlich den Dialekt, und was für einen! Wem die Sprache unserer Ahnen noch im Ohr klingt, wer die vernichtende Flut der französischen Einsprachigkeit erlebt hat und den heutigen Kauderwelsch aus Mundart und Französisch über sich ergehen lassen muss, der kann unsere Freude mitempfinden: Es war ein Gefühl wie Weihnachten und Ostern. Und so lächelte ich dem Chef zu, als er seine letzte Perle, mattgrau und dick wie eine Murmel, aus der Tasche zog und sie der Alten schenkte. Nun besaßen wir rein gar nichts mehr. Die Musik, das Prasseln der Holzscheite, das Lachen der Menschen: Ich sah in den sternklaren Himmel und es überkam mich ein unbändiges Gefühl der Freiheit, der grenzenlosen Zuversicht. Nichts Schlimmes konnte mehr passieren, man brauchte sich nur des Daseins zu freuen und dankbar zu sein, sei es für ein Schluck Wasser, ein Lächeln oder eine dargebotene Hand. Ich war glücklich wie nie zuvor. Doch nach einer Weile hörte Hugo auf zu spielen und fragte: »Frind, es isch uns e Freid ejch ze hann, awer morje fahre mir widdersch! Was hann ihr vor?« Wir würden uns morgen auch auf den Weg machen, sagte der Chef, um den Elsässern... Weiterlesen...
Idée cadeau !!! Aux sources de l’autonomisme alsacien-mosellan 1871-1945

Idée cadeau !!! Aux sources de l’autonomisme alsacien-mosellan 1871-1945

par Joseph Schmittbiel   Je recommande vivement la lecture de ce livre à toutes les personnes qui s’intéressent à cette période. Tout d’abord parce qu’il est facile à lire. Le premier mérite de Michel Krempper est son style clair et fluide, à aucun moment la lecture n’est interrompue par des imprécisions ou des phrases mal tournées.   La deuxième raison est qu’il représente une somme. Il n’apporte rien de vraiment nouveau mais il fait un bilan et offre un panorama complet non seulement de l’époque traitée mais également de tout ce qui a été écrit sur le sujet.   Aux novices en la matière, je conseille de lire au préalable l’Histoire de l’Alsace de François Waag chez le même éditeur. Il faut d’ailleurs saluer le travail des éditions Yoran, une maison bretonne, qui en quelques publications s’est mise à la pointe de la défense et l’illustration de notre région.     Pour en revenir à Krempper, le fait qu’un nouvel auteur se penche sur notre histoire est un très bon signe, cela signifie qu’elle est bien vivante et qu’elle suscite toujours l’intérêt. Cela permet également de profiter d’un autre point de vue et d’élargir notre vision des choses.   A ce sujet, l’auteur a eu la bonne idée de consacrer une quarantaine de pages à la naissance et au développement du national-socialisme en Allemagne. Cela permet de mieux le distinguer de l’autonomisme alsacien-mosellan qui souffre jusqu’à aujourd’hui d’avoir été assimilé au nazisme après 1945.   La seule critique que j’émets sur cet ouvrage concerne justement l’origine de ce mouvement. Selon moi, Krempper n’insiste pas assez sur la violence inouïe... Weiterlesen...
Un nouveau départ vers l’autonomie de l’Alsace !!!

Un nouveau départ vers l’autonomie de l’Alsace !!!

par Bernard Wittmann Les dés étaient pipés En tant qu’Alsaciens, avons-nous encore un avenir dans ce pays ? Après ces élections régionales la question mérite d’être posée. Les jacobins de Paris veulent notre mort et le système est totalement verrouillé. Quel espoir pouvons-nous avoir dans ce pays qui nous montre si peu de respect et dont le projet quasi obsessionnel est d’en finir avec nos particularités pour nous faire disparaître en tant que peuple. Regardons ces dernières élections régionales. Il apparaît clairement que, pour les autonomistes alsaciens, l’espoir d’envoyer des représentants à l’assemblée de l’ACAL était quasi nul compte tenu du faible poids numérique des Alsaciens dans cette méga-mégalo région grande comme deux fois la Belgique : les dès étaient donc pipés ! Et comment mener campagne pour intéresser les Champenois, les Ardennais et les Lorrains francophones à nos problématiques alsaciennes ? C’est mission impossible : les intérêts des trois régions qui composent l’ACAL sont trop divergents et les points de convergences quasi nuls ! Résultat, la liste régionaliste/autonomiste de Jean-Georges Trouillet n’a obtenu que des scores proches de 1% dans les deux autres régions (à l’exception de la Moselle où elle a totalisé 2,12% des voix). Et les excellents scores réalisés en Alsace, 12,65% dans le Haut-Rhin et 10,07% dans le Bas-Rhin, ne suffirent pas pour rattraper ce retard. Ainsi, le parti Unser Land, devenu le 3e parti d’Alsace, derrière le FN et les partis coalisés de droite LR-UDI-Modem, n’aura-t-il aucun représentant dans l’assemblée de la grande région, son score global sur l’ACAL (4,74%) n’ayant pas dépassé les 5%. Ainsi, 70 000 électeurs alsaciens ne seront tout simplement pas représentés : ils comptent pour des... Weiterlesen...
Votons cohérent !

Votons cohérent !

par Joseph Schmittbiel Je ne peux qu’espérer que la majorité des Alsaciens ait bien compris que Philippe Richert ne défendra pas leurs intérêts, qu’il n’est redevable de rien à ses électeurs, qu’il doit sa carrière et sa place actuelle à son parti, et que ce n’est pas avec lui qu’on verra renaître l’Alsace de ses cendres.   Mais dans la perspective des élections de ce dimanche 6 décembre 2015, j’avoue que je ressens également un certain agacement lorsque je vois des gens brandir le Rot un wiss, affirmer se sentir alsaciens et faire en même temps l’éloge de Madame Le Pen et du FN.   Soyons clairs : qu’un tel ou une telle ait envie de voter FN, grand bien lui fasse ! Ce n’est pas moi qui vais le lui reprocher ! En revanche, on est en droit d’exiger un minimum de réflexion avant de passer à l’acte de voter, non ?   L’Alsace va bientôt disparaître. N’ayant plus d’existence administrative, elle va, en quelques générations, sombrer définitivement dans le folklore et n’être plus qu’un souvenir pour des habitants qui grandiront dans ce nouvel espace qui leur servira de repère : l’ALCA.   Ce processus est la conséquence parfaitement logique du centralisme parisien. La logique jacobine de l’assimilation exige de chacun de nous qu’il ou elle renonce à ce qu’il est pour devenir français. On ne peut pas être français et vouloir élire son parlement local, on ne peut pas être français et vouloir que ses enfants apprennent la langue de leurs ancêtres alsaciens, bretons, mosellans, basques ou occitans à l’école. Le parti qui défend le plus ce nationalisme intransigeant est sans... Weiterlesen...
France Bleu Elsass Frei !!!

France Bleu Elsass Frei !!!

par Joseph Schmittbiel Comme je l’ai expliqué dans deux précédents articles (lire ici et ici), la direction de France Bleu a une façon bien singulière de défendre le service public. Le seul émetteur véhiculant encore la langue alsacienne va être supprimé au 1er janvier 2016. Les personnes âgées qui, pour diverses raisons, ne pourront pas passer au numérique, vont donc être privées de radio uff Elsässisch.   C’est déjà rageant, mais le véritable scandale date de 1992. Cette année-là, Radio France évacue le dialecte de la bande FM en lui consacrant une chaîne dédiée… sur les ondes moyennes. Non seulement cela revenait à le couper des jeunes générations et donc à le condamner à mort, mais en plus, ce choix était infiniment plus cher qu’un émetteur FM. Une fois de plus, les Alsaciens payaient pour se faire arracher leur langue.   Voici ce que m’écrit un correspondant bien au fait de ce sujet pour avoir travaillé dans ce domaine :   Ce qui est lamentable dans cette histoire, c’est que France Bleu Elsass ait été diffusé sur cet émetteur désuet des Ondes Moyennes durant toutes ces années simplement parce que Radio France ne savait pas quoi faire de cet émetteur payé à prix d’or (ici c’est moi qui souligne JS) à TDF en raison des contrats existants à l’époque où les ondes moyennes servaient de support à la défense nationale en cas de conflit.   Depuis, les moyens modernes de communication leur ont fait perdre cette utilité et donc Radio France a enfin été autorisé à ne plus les utiliser.   De toute évidence, un émetteur FM aurait coûté... Weiterlesen...
Un français bien de chez nous !!!

Un français bien de chez nous !!!

Un nouveau billet d’humeur de Mariusz au sujet d’un article sur les « alsacianismes » paru en page 11 des DNA du 23 septembre 2015   Et ma Grand-Mère lisait Molière. Arrête de te foutre de ma gueule oui ! Ne pas être parfaitement bilingue, ne plus parler l’allemand correctement mais à la place, baragouiner un « patois franco-alsacien » serait, pour l’oligarchie méprisante des DNA, une déclaration d’amour de certains de nos compatriotes ! Notre culture, notre littérature dans notre « Hopla région » se limite donc à : « J’ai spritzé les carreaux » et « ils veulent du beau temps ». L’Alsace, ce coin de terre issu d’une nauséabonde Kulture, selon le jacobin et ses sbires, est à l’origine de la première bible traduite en allemand, elle est à l’origine des balbutiements de la culture allemande et nous alsaciens, notre nouveau destin serait alors de jouer uniquement les clowns et les bouffons acculturés afin d’amuser et de rassurer le parisien qui lui seul, a le monopole de la Culture et de la langue ? Bravo les veaux !! Voilà où nous en sommes arrivés après « LA » Libération  et le droit incommensurable de faire partie des Lumières et de la patrie des Droits de l’Homme !!! Ils effacent depuis toujours notre langue, la remplacent par un français-régional  plus convenable aux yeux de l’élite, folklorisent notre culture et nous, imbéciles que nous sommes, nous nous amusons de ce français approximatif qui serait une spécificité bien de chez nous ? Il est vrai que pour le touriste franco-parisien monolingue, il est plus aisé et original de faire un tour dans ces réserves nationales et de n’entendre parler que le drôle de « français alsacien ». Si nous ne parlions... Weiterlesen...
Lettre ouverte à Roland Ries, Maire de la ville de Straßburg im Elsass

Lettre ouverte à Roland Ries, Maire de la ville de Straßburg im Elsass

Monsieur le maire,   Strasbourgeois de naissance et dialectophone du quotidien, je défends notre dialecte depuis de nombreuses années. Lauréat du prix d’écriture de pièces de théâtre en alsacien décerné par le Conseil Régional en 1998, traducteur de Germain Muller pour les éditions Hirlé, traducteur de Marie Hart pour la Ville de Bouxwiller et les éditions Yoran, je diffuse – entre autres articles et vidéos – des enregistrements d’auteurs dialectaux sur mon blog qui, sans cela, ne bénéficieraient d’aucun accès ou presque, sur le net.   Vous avez eu la sagesse de changer d’avis au sujet des panneaux d’entrée de la ville de Straßburg et c’est pourquoi je tiens à vous exprimer publiquement mon soutien, ainsi qu’à votre adjoint, Monsieur Fontanel, sur ce sujet.   Votre position est délicate et je la comprends d’autant mieux que je sais qu’en défendant la solution Straßburg, je heurte bon nombre de ceux qui me suivent et apprécient par ailleurs mon travail. Il est même probable que ce choix soit minoritaire parmi les Alsaciens qui comprennent encore le dialecte – à défaut de le pratiquer quotidiennement – il serait donc plus aisé pour moi de me taire et de laisser passer, mais ma conscience me l’interdit.   En matière linguistique, l’Alsace se retrouve aujourd’hui face à un champ de ruines. Les Alsaciens ne pratiquent plus leur langue, ils ne connaissent leur histoire singulière que par bribes et les liens entre leur dialecte et la langue allemande standard leur sont parfaitement inconnus.   J’en veux pour preuve le conseiller Jean-Philippe Maurer qui lors du débat a évoqué l’œuvre d’André Weckmann pour défendre la solution... Weiterlesen...

L’alsacien c’est de l’allemand ? (une tentative de mise au point) 3/6

En lien avec ce troisième épisode de la série sur la langue, retrouvez les deux poèmes – le premier en dialecte, le second en allemand standard – de Johann Georg Daniel Arnold tiré du « Pfingschtmondaa », la première pièce de théâtre en alsacien en cliquant ici.  C’est dans ce livre qu’Auguste Wackenheim classe Carl Friedrich Hartmann parmi les fondateurs de la littérature dialectale alsacienne, on peut le lire en page 271, voir... Weiterlesen...
Das Elsass retten (4/12)

Das Elsass retten (4/12)

Unser Ziel war ein Dorf namens Heimweilerhausen. An diesem Tag stand das Dorffest an. Der Chef hatte den Bürgermeister angerufen und ihm, weiß der Kuckuck wie, die Erlaubnis zu einem Vortrag über die elsässische Geschichte abgerungen. Als er mir sein Vorhaben darstellte, brach bei mir der Angstschweiß aus: Bierstände, Musikkapellen, fahrbare Flammenkuchenöfen und eine Predigt über die germanische Abstammung der Elsässer? Das passte wie die Faust aufs Auge! Oder vielleicht doch nicht? Ich behielt vorerst meine Bedenken für mich und hörte weiter zu. Doch mit einem Schlag trat er auf die Bremse und hielt am Straßenrand an. Wir waren an lauter Maisfeldern vorbeigefahren und hatten jetzt rechts eine Kuhweide. Der Chef kletterte schon die Böschung hoch, sprang über den Zaun und lief querfeldein mitten durch das Revier der Kühe, die sich jedoch nicht weiter stören ließen. Ich folgte, ohne das rindviehische Hoheitsgebiet zu durchqueren, rannte das Gatter entlang um das Feld herum. Da sah ich einen Bussard, der verzweifelt fortzufliegen versuchte, und immer wieder zu Boden fiel, als wäre er an den Füßen festgebunden. Der Chef zog sein Sweatshirt aus und bedeckte das Tier. Damit wurde es ruhiger und erlaubte ihm, es zu untersuchen: Die Krallen hatten sich in einem Draht verfangen. Es hätte den sicheren Tod bedeutet, wenn der Chef ihn von der Straße aus nicht gesehen hätte. Vorsichtig befreite er die beiden Füße. Schreiend flog der Vogel wieder fort. Wir fuhren weiter und erreichten das Dorf nach einer Viertelstunde. Schon hundert Meter davor parkten die Autos links und rechts der Straße, so reihten wir uns ein und begaben uns zu Fuß zur Mairerie, wie das Rathaus auf... Weiterlesen...
France Bleu contre-attaque !

France Bleu contre-attaque !

par Joseph Schmittbiel Mon article du 23 octobre 2015 (cliquer ici pour le lire) a contraint la direction de France Bleu à modifier sa stratégie de communication. Le pot aux roses étant découvert, il n’était plus possible d’attendre la fin des élections pour annoncer qu’on allait supprimer l’antenne France Bleu Elsass : il fallait s’y prendre autrement.   Oserai-je l’avouer ? Au fond de moi brillait une lueur d’espoir, j’imaginais la radio de service public faire amende honorable, s’excuser même pour ces 23 années de diffusion de notre langue régionale sur un émetteur pourri, pour finalement nous annoncer qu’un confort d’écoute en FM aurait coûté moins cher. Faute avouée aurait été pardonnée, une nouvelle grille de programmes entièrement en alsacien aurait enterré le passé, je nous voyais tombant dans les bras les uns des autres en pleurant des larmes de joie sur notre dignité retrouvée… Bon, ça, vous l’aurez compris, c’est mon côté midinette, mon côté « un jour ma princesse viendra », j’ai tellement envie d’y croire que je m’égare en délires. Attendre des excuses du pouvoir parisien c’est comme espérer qu’un canard se mette à jouer au tennis : c’est complètement con.     Donc, six jours plus tard, le vendredi 30 octobre 2015, les DNA nous pondent un article (cliquer ici pour le lire) dont l’intitulé révèle une audace ébouriffante :  « A partir du 1er janvier 2016, France Bleu Elsass devient numérique » Woaow !!! Quel scoop ! Hé les gars, vous êtes au courant que cette radio est sur le web depuis trois ans ? Regardons dans les détails. Déjà, écrire radio « numérique », c’est une arnaque. « Webradio » serait... Weiterlesen...
Lettre du comité fédéral aux trois présidents

Lettre du comité fédéral aux trois présidents

11 avenue de la République – B. 236 – 68000 COLMAR   Colmar, le 3 novembre 2015     à Monsieur Philippe RICHERT Président du Conseil régional d’Alsace à Monsieur Frédéric BIERRY Président du Conseil Départemental du Bas-Rhin à Monsieur Eric STRAUMANN Président du Conseil Départemental du Haut-Rhin   Monsieur le Président,   Grâce à la langue régionale de nombreux Alsaciens et Mosellans accèdent à plusieurs dizaines de milliers d’emplois nécessitant la maîtrise de l’allemand (ou du dialecte) au niveau national et dans les pays germanophones. Grâce aux classes bilingues de plus en plus de jeunes Alsaciens s’inscrivent dans des cursus universitaires français/allemand bi- ou tri-nationaux.   Le 1er juin 2015 vous avez signé deux conventions avec l’Etat (Education Nationale) en continuité des quatre conventions successives depuis 1989, dans le cadre des dispositions législatives et réglementaires relatives aux langues régionales.   Les langues régionales d’Alsace et de Moselle comprennent en vertu de dispositions réglementaires, « l’allemand » (Hochdeutsch ou Hochsprache), forme standard et littéraire, langue d’enseignement, et les variantes dialectales (Elsasserditsch, Platt), formes orales.   La convention cadre sur la « politique des langues vivantes » dans l’académie de Strasbourg et la région Alsace vise la période 2015/2030. La convention opérationnelle (2015/2018) est sensée mettre en œuvre les objectifs fixés par la convention cadre. Ces conventions ne garantissent pas les ambitions, bien modestes, affichées à l’horizon 2030 : – 50% des élèves de maternelle en voie bilingue à parité horaire; – 25% de ces élèves en cursus bilingue en sixième.   En effet, la convention opérationnelle ne dure plus 6 ans, mais trois. La participation financière programmée jusqu’en 2018, pourra être supprimée par l’ACAL,... Weiterlesen...

L’alsacien c’est de l’allemand ? (une tentative de mise au point) 2/6

  Voici les différentes versions de la présentation des aventures d’Astérix : « Nous sommes en 50 avant Jésus Christ… » De Asterix àn de olympische Spieler (Alsacien de Strasbourg, bas alémanique) Traduction : Robert Mazerand Dargaud éditeur 1996   Mer sin im Johr 50 vor Christus. Gànz Gàllie isch vun de Reemer bsetzt worre. Gànz Gàllie ? Nä ! E Dorf voll bockbeiniche Gàllier, wo nit nooch welle genn, tuet denne Bsetzer immer noch Widerstand leischte. Un se mache’s de Legionär, wo in de Feschtungslaawer Surrerum, Bumbum, Stehtkrum un Drumerum leje, nit licht…   Asterix un d’Emanz’ (Badois de Freistett, bas alémanique) Traduction : Martin Schütt Ehapa Verlag 1998   Mir sinn im Johr 50 v.Chr. Ganz Gallie isch vun de Remer bsetzt worre. Ganz Gallie??? Ewwe nit! Ä winzichs Dörfel, wo ludder handfeschdi Gallier wohne, losst sich nit inschüchdere, un s’ Lääwe isch fir d’remische Legionär au nit grad ä Zuggerschlägge in de befeschdiggte Lager vun Babaorum, Aquarium, Laudanum und Kleinbonum.   Em Cäsar saa Kränzie (Francique mosellan) Traduction : Dieter Zimmer Ehapa Verlag 1999   Mer giehn e poar Joar zreck. Ganz Galljen geheert, suh maahnen sei, de Römern. Ganz Galljen? Naahn. En aahnem aahnzijen Kaff get et schalkisch Galljer, die wuh ka Schlaach noahgewen. On sei hann et net leicht, die römisch Soldoaten, wie se seich verkroch hann, en hieren Kasären en Quintum, Irancum, Palatiolum un Bibiorum…   Em Asterix soi Bobbelsche (Francique rhénan du Palatinat) Traduction : Walter Sauers, Jochen Kneifeld Ehapa Verlag 1998   Mir schreiwen s Johr 50 vor Chrischdus. Ganz Gallie is vun de Rämer bsetzt. Ganz Gallie? Vun wege! Ää Derfel mit wackre Gallier dut als... Weiterlesen...